Un documentaire offre de nouveaux éléments sur le naufrage de l’« Estonia », il y a plus de vingt-cinq ans

Les réalisateurs ont affirmé avoir trouvé un trou de quatre mètres dans la coque du navire. La catastrophe avait causé la mort de 852 personnes.

Dans ce document mis à disposition par la société de production vidéo Dplay le 28 septembre, on voit une scène filmée par un robot plongeur montrant un trou dans la coque du ferry « Estonia », qui a coulé en 1994. – / AFP
Plus d’un quart de siècle après le naufrage en mer Baltique de l’Estonia, l’enquête pourrait être rouverte. Les ministres des affaires étrangères estonien, suédois et finlandais se sont engagés, lundi 29 septembre, à évaluer les nouveaux éléments issus d’un documentaire remettant en cause la thèse officielle.

Le bateau avait sombré dans une tempête, le 28 septembre 1994, entre Stockholm et Tallinn. Seules 137 personnes sur les 989 passagers et membres de l’équipage ont survécu ; 501 Suédois et 285 Estoniens ont péri.

Les créateurs de la série de cinq épisodes Estonia : la découverte qui change tout, diffusée lundi, ont affirmé avoir trouvé un trou de quatre mètres, jusqu’ici non enregistré, dans la coque du navire. Les réalisateurs ont exploré l’épave à l’aide d’un sous-marin télécommandé.

En 1997, une commission internationale avait conclu à une déficience du système de verrouillage de la porte escamotable du navire, ce qui aurait permis à l’eau de s’engouffrer par le pont réservé aux voitures, entraînant la pire catastrophe maritime depuis celle du Titanic.

Le procès du naufrage meurtrier de l’« Estonia », vingt-cinq ans après le drame.
Selon des experts interrogés par les documentaristes, seule une force massive venue de l’extérieur aurait pu provoquer une rupture de quatre mètres, ce qui soulève de nombreuses questions sur ce qui s’est réellement produit cette nuit-là.

« La vérité est tout autre »
Les survivants et les proches des personnes tuées se battent d’ailleurs depuis plus de vingt ans pour une enquête plus approfondie.

« Je pense que la vérité est tout autre que ce que les gens ont dit jusqu’à présent », a déclaré l’un d’eux, Carl Eric Reintamm, dans l’émission. Plusieurs des passagers à bord le jour de la catastrophe affirment en effet avoir entendu une forte détonation.

M. Reintamm assure avoir vu un gros objet blanc dans l’eau, à côté du ferry, un élément qui n’avait pas été pris en compte auparavant, selon les spécialistes sollicités.

Exploration de l’épave interdite
Jusqu’à présent, les pays concernés se sont montrés extrêmement réticents à réexaminer les causes de la catastrophe. Les autorités suédoises, opposées à un renflouement du navire, échoué par 85 mètres de fond, ont interdit toute exploration de l’épave.

Par conséquent, le réalisateur du documentaire, Henrik Eversson, et un autre membre d’équipage ont été arrêtés après l’exploration du site ; ils risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement en Suède pour violation du caractère de sépulture du site.

Mais Henrik Evertsson a déclaré qu’il était « absolument essentiel et important d’un point de vue journalistique » d’envoyer une caméra jusqu’à l’épave. De nombreuses théories à propos des causes du naufrage circulent depuis des années.

leave a reply

Facebook128k
YouTube